MANUEL DE SECOURS pour Vénérable Maître... très seul en Loge

Cette charge n'est pas toujours un long fleuve tranquille

Le maçon a des droits, c'est humain... que dire des devoirs

Le maçon a des droits, c'est humain... que dire des devoirs

Notre époque est formidable, cette lointaine période où nous étions asservis n’est plus que souvenir d’antan. Nous sommes désormais tous des êtres TOTALEMENT libres. Nous avons des droits qui nous protègent et qui garantissent nos libertés.  Pour preuve, rien qu’en France nous avons 74 Codes divers (Code de la Route, code du sport, Code civil, Code du commerce, Code de la famille, Code pénal, Code minier, Code des impôts…). Comme disait Coluche : « …on peut attraper que des médicaments en Suisse, on ne peut pas attraper d'maladies ». S’il était encore vivant, il aurait rajouté : « En France, tous les devoir ont disparu, même le devoir conjugal n’existe plus, ici il ne reste que des Droits ».

Le Franc-maçon n’échappe pas à la règle. Il ne veut plus entendre parler de devoirs. Comparons les époques. Avec nos ancêtres, on prenait l’agenda en septembre et on notait toutes les Tenues de l’année en cours. Ainsi on en parlait plus, tout le monde était là à chaque réunion. Désormais, il faut envoyer une invitation personnalisée deux semaines avant, un rappel la semaine précédente et si possible une relance individuelle la veille par SMS. Je me demande dans quelle mesure d’ici quelques années, il ne faudra pas passer à domicile avec un car de ramassage pour récupérer chaque membre avant de les reconduire et de les border.

Il est vrai que l’absentéisme est à la Loge ce que le préservatif est à l’amour. Ca gâche considérablement le plaisir et ça réduit les effectifs.

Parlons maintenant de l’engagement. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais en général, le maçon prête un serment. Ce dernier est assez explicite sur la notion de solidarité : « Je m'efforcerai de donner l'exemple de toutes les vertus. Je promets d'aimer mes Frères, de les secourir et de leur venir en aide… » Tout cela est louable, mais avez-vous déjà essayé de lancer un appel de secours fraternel ?

Vous ne connaissez probablement pas Rubi Ibarra ? Elle avait 15 ans en décembre 2016. Elle a lancé une simple invitation sur Facebook pour son anniversaire. Elle a reçu 1,3 million de réponses d’intention de participations. En fait, « seulement » 10 000 personnes sont venues à la petite fête familiale. Essayez maintenant de lancer la même invitation dans le monde maçonnique pour votre jubilé, si vous avez 15 frangins qui se déplacent ce sera une belle fête et il faudra vous estimer heureux.

Tous les Vénés vous le diront, organiser une Tenue, c’est devenu aussi compliqué que de marier sa fille. Mais il y a pire encore, c’est de constituer un collège d’officiers ! Si ça continue, on ne va pas tarder à devoir faire appel à des agences du genre Manpower pour le recrutement en Loge et des cabinets spécialisés pour le casting et la formation. Entre le manque d’assiduité des uns et les carences du côté instruction des autres, on se dit que les petits Apprentis du futur ne sont pas encore prêts à rentrer dans les Ateliers supérieurs.

Lorsqu’on dit qu’il faut laisser les métaux à la porte du Temple, est-ce que les attentes profanes et les mauvaises manies ne seraient pas une sorte de métaux dont il est question ? Ca me semble évident, au même titre que les Frères qui viennent traiter leurs SMS et autres emails pendant les travaux. Si plus rien n’a de valeur et qu’on a plus que des droits. Il ne reste qu’une solution : Tout repenser en Loge. On pourrait par exemple considérer qu’a partir de maintenant, on est tous égaux. Plus besoin de demander la parole, chaque s’exprime quand il le souhaite. Les horaires sont assez contraignants, on peut donc imaginer que chacun arrive quand il le peut et entre directement pour prendre sa place. La notion d’officiers est assez inégalitaire, on peut donc imaginer qu’on tirerait au sort avant chaque Tenue. Quant aux Planches, avouons quand même qu’elles demandent du travail et de la rigueur. Je suggère qu’on les remplace par la projection d’un reportage audiovisuel distrayant, mais tout aussi instructif. Le dernier point à réviser serait le couvreur, on le remplace par un guichetier qui vend les billets d’entrée. Si on rajoute à cela l’ouvreuse qui vend quelques chocolats glacés et autres bonbons pour compenser la suppression de la capitation, on équilibre les comptes et on démocratise l’Art Royal.

Je suggère qu’on nomme les premières Loges pilotes Gaumont et Sagesse pour l’une et UGC et Fraternité pour l’autre et ce sera parfait. Remarquez, les inventeurs du concept s’appelaient déjà les Frères Lumière, c’est quand même un signe non, Frère et Lumière, si ce n’est pas une invitation ça. Quant à l’Obédience on pourra la nommer La Grande Loge du Bois Sacré. Ce qui fera Holy Wood en anglais et tout le monde sera heureux. 

Bon je dois vous laisser j’ai une séance dans 30 minutes.

Bonsoir à bientôt.